Qui sont les professionnels ?

Qui aller voir ? Pour quel problème ? L'automédication ? A partir de quel moment dois-je voir un médecin ?

Voilà le type de questions que l'on peut se poser quand on va mal. Et s'il est possible d'éviter de multiplier les rendez-vous avec un médecin grâce à de bons réflexes, attention à ne pas jouer avec la santé. Pour chaque petit problème du quotidien, il existe un spécialiste que vous pouvez consulter.

Le médecin spécialiste est un médecin qui a choisi de s’occuper spécialement de certaines personnes ou d'une partie du corps. Par exemple, le pédiatre s’occupe des enfants alors que le dermatologue soigne les maladies de la peau.

Vous trouverez ici des conseils pour savoir quand recourir à un spécialiste, mais si vous avez un doute, le mieux est toujours de recourir à votre médecin généraliste qui saura vous orienter vers la bonne personne.

Dentiste :

 

7 conseils pour une bonne santé buccodentaire :

1. Le sucre et l’acide

L’alimentation joue un rôle important pour garder de belles dents saines. Le sucre nourrit les bactéries qui causent la carie ; il faut donc éviter de manger trop d’aliments sucrés, spécialement ceux ayant une texture collante.  Il importe aussi de modérer la consommation d’aliments acides tels que le citron.

 

2. Les bons aliments

Tous les aliments basiques sont favorables, puisqu’ils rétablissent le pH de la bouche. Bien que le calcium ainsi que les vitamines C et D soient bénéfiques pour tout le monde, il est particulièrement important que les enfants obtiennent leur apport quotidien. Ces nutriments sont essentiels au bon développement des dents.

 

3. Les breuvages

Lorsque l’on consomme des breuvages sucrés comme une boisson gazeuse, un chocolat chaud ou une boisson énergisante, il faut éviter des les siroter. En buvant le breuvage sur une longue période de temps, on augmente le risque de carie. Le même conseil s’applique aux boissons acides, telles que l’eau citronnée qui a, quant à elle, un effet déminéralisant.

 

4. Le brossage

Les dentistes recommandent de se brosser les dents trois fois par jour, pendant 3 minutes, mais attention, il ne faut pas le faire tout de suite après le repas. En effet, le brossage retire la pellicule de protection des dents, ce qui expose ces dernières à l’acidité de la bouche.  On suggère plutôt de consommer un aliment basique, comme un verre de lait de soya ou des amandes, afin de neutraliser le pH de la bouche. La brosse à dents doit tenir environ 3 mois avant d'être changée.

 

5. Rince-bouche

La plupart des dentistes recommandent l’utilisation d’un rince-bouche. Lorsqu’il est combiné à un brossage adéquat, ce dernier permet d’éliminer plus de plaque dentaire et de diminuer les signes de gingivite. Il aide aussi à obtenir des dents plus blanches et une bonne haleine.

 

6. Pour les sportifs

Si vous pratiquez un sport qui requiert de porter un protecteur buccal, assurez-vous de ne pas boire de boissons sucrées juste avant de l’insérer. Aussi, certaines études démontrent que les athlètes ont plus de chances d’avoir des problèmes buccodentaires. Avis aux grands sportifs ; apportez une attention particulière à votre hygiène buccale.

 

7. Visite chez le dentiste

La prévention des problèmes buccodentaires passe par une visite régulière (1 à 2 fois par an) chez le dentiste, car un professionnel de la santé sera en mesure de détecter les problèmes de manière précoce pour éviter des dommages et des coûts inutiles.

A quel âge doit avoir lieu la première consultation ?

Souvent le premier contact entre l'enfant et le dentiste n'a lieu que lorsque survient un problème (carie, traumatisme, douleur,...) Dans ce contexte d'urgence, il est difficile d'établir une relation sereine. L'idéal est de familiariser très tôt l'enfant avec le cabinet dentaire dans le cadre d'une visite de contrôle sans aucune source d'inquiétude pour l'enfant ni pour ses parents.

Celle-ci peut avoir lieu dès l'âge de 1 ou 2 ans, et au plus tard à 3 ans, lorsque toutes les dents de lait sont présentes.

Lors de cette première consultation, le dentiste apporte aux parents tous les conseils de prévention de la carie et diagnostique d'éventuels problèmes buccodentaires. Par la suite, en l'absence de problème particulier des contrôles sont recommandés tous les 6 mois.

Les bébés peuvent-ils avoir des caries ?

Dès qu'une dent fait son éruption dans la cavité buccale, elle est soumise à diverses agressions. Si les crises alimentaires sont trop fréquentes et que les dents ne sont pas nettoyées par les parents, des caries vont se développer et ce chez de très jeunes enfants de l'âge de neuf ou dix mois). Souvent on retrouve chez ces enfants présentant des caries précoces, la prise de biberon de jus de fruit, sirops ou lait à tout moment de la journée ou la nuit pour favoriser l'endormissement.

Ces caries ont donc été décrites sous le nom de syndrome du biberon. Toutefois l'allaitement à la demande ou prolongé à un âge avancé peut entraîner les mêmes effets dévastateurs. Si un biberon est donné à l'enfant pour l'aider à s'endormir, il est indispensable que celui-ci ne contienne que de l'eau. De la même façon il ne faut pas donner à un bébé pour le calmer une une tétine trempée dans un produit sucré !

Enfin pour préserver un bébé des bactéries cariogènes, il faut éviter le passage d'un objet dans la bouche d'un adulte à la sienne (cuillère, tétine...)

A partir de quel âge faut-il se brosser les dents et avec quel dentifrice ?

L'hygiène buccodentaire fait partie de l'hygiène corporelle à part entière. Avant même que les premières dents n'apparaissent, la gencive du nourrisson peut être nettoyée avec une compresse humide. En effet les bactéries qui se développent sont les mêmes que celles qui colonisent les surfaces dentaires. Ce nettoyage à la compresse permet de limiter leur prolifération et d'habituer l'enfant à l'hygiène orale. Les premières dents peuvent, dans un premier temps, être nettoyée de la même façon. Lorsque les molaires évoluent, vers 18 mois on peut commencer à utiliser une brosse à dents adaptée. Jusqu'à 6 ans, un enfant n'a pas la dextérité suffisante pour effectuer seul un brossage efficace. Il est donc recommandé que le brossage soit commencé par l'enfant pour lui permettre d'intégrer le geste, puis complété ensuite par un adulte. Un dentifrice adapté à l'âge doit être déposé sur la brosse à dents en très petite quantité (taille d'un pois).

Est-il nécessaire de soigner les dents de lait puisqu'elles vont tomber ?

C'est une idée fausse que de croire qu'il est inutile de soigner les dents de lait sous prétexte qu'elles sont remplacées par les dents permanentes. Les dents de lait jouent des rôles multiples à la fois fonctionnel (mastication, phonation) et esthétique. D'autre part, l'infection d'une dent de lait peut engendrer un dommage important sur les dents définitives. Les dents de lait permettent aussi d'assurer la bonne mise en place de la denture permanente. Il est donc absolument indispensable de les soigner si elles sont atteintes par la carie.

Petit plus : les dents de sagesse d'un adolescent peuvent pousser de façon douloureuse et changer la disposition générale des autres dents déjà présentes lors de la pousse. Selon les recommandations du dentiste, vous pourrez vous diriger vers un orthodontiste pour la pose d'un appareil dentaire, ou vers un stomatologue pour arracher les dents intruses.

SCP Dentiste Louis DAYDE

10 av Winston Churchill, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 14 06

Ophtalmologue :

 

Des contrôles à tout âge pour préserver sa vue :

Chez les bébés :

deux contrôles sont fortement recommandés. Lors des 3 premiers mois consultez votre médecin référent pour vérifier sa vue le plus tôt possible. Entre 9 et 24 mois, faites vérifier que la vision de votre enfant progresse normalement.


De 3 à 6 ans :

deux autres contrôles permettent de s'assurer que sa vision s'est bien développée. Emmener le d'abord consulter vers 3 ans, à son entrée en maternelle, puis vers 6 ans, pour éviter tout problème d'apprentissage de la lecture.


De 6 à 18 ans :

un suivi doit être assuré sur cette période, surtout si l'enfant porte déjà des lunettes ou des lentilles. Dans ce cas, une visite par an chez l'ophtalmologiste est nécessaire. Et s'il n'a pas de problème de vue, restez vigilant. Certaines pathologies comme la myopie peuvent apparaître à l'adolescence.

De 18 à 40 ans

- les porteurs de lunettes doivent consulter régulièrement l'ophtalmologiste pour ajuster leur correction

- pour les porteurs de lentilles, une consultation chaque année est conseillée

- pour les non-porteurs de correction, vous devez consulter dès lors qu'une nouvelle gêne visuelle se fait sentir

 

A partir de 40 ans

- les premiers signes de la presbytie peuvent apparaître

- si c'est le cas, consultez un ophtalmologiste qui vous prescrira des lunettes ou des lentilles (voire une intervention chirurgicale pour certains cas)

 

De 50 ans à plus de 65 ans

- en cas de presbytie, il est nécessaire de consulter régulièrement pour adapter votre correction à l'évolution de celle-ci

- après 65 ans, faites-vous contrôler tous les 2 ans si vous n'avez pas de pathologie déclarée.

Les principaux défauts visuels :


Comme vous le savez si vous avez déjà consulté un ophtalmologiste, votre acuité visuelle se mesure sur une échelle de 10. Ce chiffre maximal exprime le fait que votre vision est normale. Si ce chiffre est inférieur à 10, cela signifie que  vous êtes sujet à un défaut de vision.

Pas de panique, ces troubles concernent près de 30 % de la population. Ils se corrigent grâce à des lunettes de vue ou des lentilles, à l'inverse des pathologies oculaires, qui elles exigent un traitement médical ou chirurgical. Apprenez-en plus sur les défauts visuels les plus courants :

  

La myopie : voir moins bien de loin

 

Ce défaut visuel se caractérise par des difficultés à voir de loin. La vision de près ne pose quant à elle pas de problème. L’œil myope est trop long. L’image d’un objet éloigné se forme en avant de la rétine, ce qui la rend floue. Ce problème de vue apparaît en général à l’adolescence et touche environ 20 % de la population.

Vous plissez les yeux pour voir net de loin, vous avez du mal à lire les panneaux de signalisation routière, vous lisez le nez collé à votre livre ? Vous êtes peut-être concerné par la myopie. La solution : des verres unifocaux ou des lentilles de contact sphériques négatives, prescrits par votre ophtalmologiste.

 

L'hypermétropie : l'œil fournit plus d'efforts

 

 L’œil hypermétrope fait plus d’effort que la normale pour effectuer sa mise au point. A l’inverse de la myopie, l’œil est dans ce cas trop court et l’image se forme derrière la rétine. Les enfants comme les jeunes adultes compensent en général sans problème cette anomalie. La vision de près peut toutefois devenir fatigante à terme. Sans correction, fatigue visuelle et maux de tête peuvent apparaître.

Les signes d’une hypermétropie : votre vision de près exige des efforts, tout en ayant une bonne vision de loin. Dans ce cas votre spécialiste vous prescrira si nécessaire un verre sphérique de puissance positive, par exemple +3 dioptries.
Chez l’enfant, ce défaut visuel peut être accompagné d’un léger strabisme. Celui-ci doit être corrigé par l’ophtalmologiste.

 

 

L'astigmatisme : mauvaise vision des contrastes et des lignes

 

 Les contrastes et les lignes verticales et horizontales sont difficiles à différencier pour les astigmates. Résultat : leur vision est imprécise de près comme de loin, ils sont sujet à des maux de tête et à la fatigue visuelle. Ce problème de vue est dû à des irrégularités des courbures de la cornée, ovale au lieu d’être ronde. 15 % de la population est concernée par l’astigmatisme.

Un signe qui peut être révélateur de l’astigmatisme : la confusion entre certaines lettres comme le H et le M. Notez que ce trouble visuel est aussi souvent associé à une myopie ou une hypermétropie. En matière de correction, l’ophtalmologiste prescrit dans ce cas des verres cylindriques ou des lentilles toriques. Sur l’ordonnance, la valeur de l’astigmatisme est exprimée entre parenthèse. Par exemple -2(+1,25) 90°, avec précision de l’axe selon lequel il est corrigé : ici 90°.

 

 

La presbytie : la perte de vision de ce qui est proche

 Ce problème de vue se manifeste le plus souvent à partir de 40 ans. La presbytie pèse sur la vision de près. En cause : une diminution de l’élasticité du cristallin liée à l’âge. Ce phénomène physiologique touche tout le monde et n’est donc pas considéré comme une anomalie visuelle.

Notez que la presbytie apparaît un peu plus tard chez les personnes myopes et un peu plus tôt chez les hypermétropes. Les solutions proposées par votre ophtalmologiste prendront en compte vos besoins : des verres progressifs pour voir à toute distance,  des verres de proximité pour corriger la vision de près et que vous porterez uniquement pour lire ou devant l'ordinateur, ou des lentilles… Ces corrections s’expriment en valeurs positives, comme pour les hypermétropes.

/!\ Consulter un ophtalmologiste ne suffit pas en cas de défaut visuel : il peut vous dire où en est votre vue et comment la corriger, mais c'est à un opticien qu'il faut vous adresser pour faire fabriquer les lunettes ou les lentilles adaptées, suivant l'ordonnance remise par l'ophtalmologiste.

Ce type de soins n'est pas totalement couvert par la sécurité sociale, aussi il vous est conseillé de vous informer auprès de votre mutuelle pour savoir si elle a accès à un réseau de spécialistes en particulier. Cela vous permettra peut-être d'obtenir des tarifs plus bas, des rendez-vous plus rapides. /!\

Philippe Rivayrand

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Nicole Bacq

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Marc Jauzac

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

 

Alexis Zein

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Colette Lardin-Reynouard

3 r Metz, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 15 02 88

Marie-Thérèse Cabare-Gineste

3 r Metz, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 15 02 88

 

Dominique Delfour

3 r de Metz, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 15 02 88

Nicolas Dourlhes

45 r Gironis, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 13 29 70

Tél : 05 62 13 28 31

Laurent Vissac

45 r Gironis, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 13 28 31

Philippe Camezind

Clinique Médipôle Garonne 45 r Gironis, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 13 28 02

Gynécologue :

La gynécologie est une spécialité médicale mais avec également quelques versants chirurgicaux. Exercée par un gynécologue, elle est dédiée à l'étude et aux traitements des divers problèmes et maladies de l'appareil génital féminin.
La gynécologie s'occupe notamment des problèmes féminins hormonaux que ce soit des problèmes de règles ou la ménopause, de la contraception, des maladies du sein, de l'utérus, des ovaires, des trompes utérines et des organes génitaux externes et bien sûr les cancers de la femme.

Elle prend également en charge le dépistage des lésions précancéreuses du col de l'utérus avec la réalisation tous les 3 ans chez les femmes ayant des rapports sexuels et jusqu'à 65 ans, du frottis cervico-vaginal. A noter que ces frottis sont réalisables par les médecins généralistes. Une variante de la gynécologie est l'obstétrique réalisée par un gynécologue obstétricien, qui est le spécialiste de la grossesse et de l'accouchement, suppléé souvent par la sage-femme

Etymologiquement, le terme « gynécologie » signifie « étude de la femme ». Le gynécologue est donc le spécialiste de l’appareil génital féminin et des affections qui lui sont liées. Il doit aussi être consulté dans le cadre de la prescription d’un mode de contraception, de la grossesse, de la ménopause. Malgré l’instauration du parcours de soins coordonnés, les gynécologues peuvent être consultés librement par les patients, sans qu’ils aient besoin de passer par leur médecin traitant. La consultation est prise en charge par la caisse d’assurance maladie à hauteur de 70%.

Quand consulter ?

La première consultation a le plus souvent lieu vers 15 ou 16 ans. Puis, le suivi doit perdurer toute la vie, à raison d’au moins une visite par an. En dehors de cela, les patientes doivent consulter en cas règles douloureuses, douleurs pelviennes, douleurs aux seins, irrégularité menstruelle, ou tout autre situation anormale… Il est également conseillé aux adolescentes de consulter lorsqu’elles envisagent leur premier rapport sexuel. Le gynécologue est aussi l’interlocuteur privilégié dans le cadre de la grossesse et au moment de la ménopause.

Consultation :

Lors d’une consultation, le gynécologue commence toujours par un interrogatoire de la patiente afin de savoir ce qui la pousse à consulter, mais aussi pour prendre connaissance de ses antécédents personnels et familiaux. Il est donc conseillé à la patiente d’amener les résultats de tous les derniers examens qu’elle a subis. Après cela, le médecin procède à un examen gynécologique (sauf s’il s’agit d’une jeune fille vierge, ne rencontrant pas de problème particulier). Cette étape se déroule en deux temps. Le gynécologue commence par introduire un spéculum afin d’ausculter le vagin et le col de l’utérus. Ensuite, il procède à un toucher vaginal afin de sentir l’utérus et les ovaires. Il palpe également les seins de la patiente. 

Le gynécologue peut aussi réaliser des examens complémentaires. Ainsi, le frottis (prélèvement de cellules du col de l’utérus) permet de repérer la présence d’éventuels germes. Il peut aussi faire des échographies, notamment pendant la grossesse. Enfin, entre 50 et 74 ans, il prescrira une mammographie, tous les deux ans, à la patiente, afin de prévenir le cancer du sein.

 

Perrine Ernoult

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Annick Bouvy Lazorthes

215 rte Seysses, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 14 85

Tél : 09 62 24 17 32

 

Orthophoniste :

Il est le rééducateur des troubles de la parole et du langage. Il travaille en collaboration avec des médecins, des psychologues ou des psychomotriciens qui lui adressent des patients.

Il exerce le plus souvent auprès des enfants (80 % de ses patients) pour des retards d’acquisition, des défauts de prononciation ou des bégaiements. L’orthophoniste intervient aussi auprès d’adultes, le plus souvent pour traiter les problèmes liés à une déficience ou un traumatisme. Lors des séances, il rééduque par le biais d’exercices ludiques et techniques.

L'orthophonie est une approche qui vise à :

  • Prévenir, évaluer par un bilan orthophonique, et traiter (le plus tôt possible) les problèmes liés :

  • Diagnostiquer et traiter les troubles :

    • de la compréhension du langage oral : aphasie notamment ;

    • de la compréhension de l'écrit : aphasie également ;

    • de la réalisation et de l'expression du langage en général tels que la dyslexie ;

    • de la cognition mathématique : dyscalculie.

  • Apprendre d'autres formes de communication non verbale destinées à permettre aux patients de vivre le mieux possible en société, notamment en cas d'autisme ou de syndrome d'Asperger.

  • Traiter les troubles oro-myo-faciaux (des muscles de la bouche et du visage) comme ceux rencontrés dans l'apraxie notamment.

Pour mener à bien sa mission et après avoir posé son diagnostic, l'orthophoniste procède à des actes de rééducation orthophonique. Les actes pratiqués et les séances dépendent notamment de la pathologie à traiter et du lieu d'exercice.

Le praticien prodigue également, si besoin, des conseils appropriés à l'entourage du patient (souvent les parents).

À noter : les soins que proposent les orthophonistes s'adressent à toutes les personnes qui en ont besoin, indépendamment de leur âge, de leur sexe, de leurs troubles, de leur culture ou de leur niveau socioculturel.

 

Quand faut-il consulter un orthophoniste ?

Consulter un orthophoniste n'est pas indispensable dès qu'un enfant présente de légers troubles du langage. Ceux-ci sont parfaitement normaux à l'âge de 2 ou 3 ans, quand l'enfant commence à parler couramment et que, par exemple, certains sons sont encore mal formés (les [ʃ], son « ch » et les [ʒ], son « j », par exemple).

En revanche, il devient utile de prendre conseil auprès de votre médecin pour prendre rendez-vous chez un orthophoniste si votre enfant commence à présenter des retards importants et si son évolution vous semble anormale (il ne va pas au même rythme que les autres à l'école par exemple).

Souvent, les enseignants peuvent renseigner les parents sur les difficultés que peut présenter un enfant et leur donner leur point de vue sur l'intérêt qu'il peut y avoir à consulter un orthophoniste.

L'apprentissage du langage : les grandes étapes

Apprendre à parler n'est pas inné, et nécessite de la part de votre enfant un long travail d'apprentissage. Si chaque enfant progresse à son rythme, certaines étapes permettent néanmoins de se repérer :

  • vers 3 mois : le bébé commence à gazouiller ;

  • vers 6 mois : il est capable d'imiter certains sons ;

  • vers 1 an : il prononce quelques mots et connaît son prénom ;

  • vers 18 mois : il prononce de plus en plus de mots ;

  • vers 2 ans : il commence à associer plusieurs mots et à former des phrases simples ; il sait poser des questions ;

  • vers 3 ans : il possède un vocabulaire de 300 mots, et emploie le "je" ;

  • vers 4 ans : il possède une parole facilement compréhensible, et construit des phrases complexes.

Le langage est considéré comme acquis à l'âge de 6 ans.

Dermatologue :

Le dermatologue est le médecin spécialiste de la peau. Son champ d'activité englobe également les ongles, le cuir chevelu, les muqueuses de la bouche et des organes génitaux. C'est le spécialiste des cancers de la peau. Le dermatologue traite également les maladies sexuellement transmissibles. C'est aussi le spécialiste de l'esthétique de la peau ; il est compétent pour corriger les imperfections provoquées par l'âge et le soleil ou les séquelles des maladies de la peau.

Il traite donc des problèmes aussi variés que l’eczéma, le psoriasis, la chute des cheveux, les grains de beauté, les cancers de la peau, les rides… Dans le cadre de la mise en place du parcours de soins coordonnés , il est nécessaire de consulter son médecin traitant qui décidera, ou non, d’orienter le patient vers un dermatologue. La consultation sera alors prise en charge à hauteur de 70% par la Sécurité sociale. Si le patient consulte directement le spécialiste, alors la consultation n’est remboursée qu’à 60%. 

En dermatologie particulièrement, les besoins et les attentes des patients sont nombreux car les problèmes liés à la peau peuvent retentir fortement sur la vie quotidienne, familiale, personnelle, sociale ou professionnelle et parfois sexuelle. Les patients attendent avant tout d'être soulagés et traités pour un problème dermatologique, mais aussi que soit prise en compte la dimension esthétique de leur peau. Le dermatologue a aussi à répondre à des attentes de personnes en bonne santé mais ayant une attente de prise en charge esthétique.

Quand consulter ?

Après avis de son médecin traitant, il faut consulter un dermatologue dès lors que l’on constate quelque chose d’anormal. Un grain de beauté qui change d’aspect doit, par exemple, être examiné. De même, une personne qui perd beaucoup de cheveux doit consulter. 
Certaines personnes sont également dites « à risques ». Il s’agit des gens qui sont exposés régulièrement au soleil ou au froid, et ceux qui ont beaucoup de grains de beauté.

Consultation

Comme tout les médecins, le dermatologue démarre toujours sa consultation par un interrogatoire. Il s’intéresse aux antécédents personnels et familiaux du patient. Il s’attardera notamment sur tout ce que peut subir la peau au quotidien : climat, produits de beauté, hygiène alimentaire, prise de médicaments. En effet, de nombreux problèmes de peau sont liés à l’hygiène quotidienne. 
Ensuite, il procède à l’auscultation du patient. Pour cela, il peut se servir d’outils tels que la loupe, ou encore une règle pour mesurer la taille d’un grain de beauté.

Quand la consultation est prescrite par un médecin traitant, elle est prise en charge par l’Assurance maladie

Nicole Arqué                                            Claudie Renard

57 rte Espagne, 31100 TOULOUSE        1 r Marcel Pagnol, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 06 50                                  Tél : 05 61 49 31 82

Florence Calmeil                                    Bérénice Dechamps

6 pl 8 Mai 1945, 31100 TOULOUSE       348 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Mobile : 06 17 12 28 80                           Tél : 05 62 87 52 44

Charline Gautrand                                 Marie-Claire Audubert

6 pl 8 Mai 1945, 31100 TOULOUSE       6 imp André Navarra, 31100 TOULOUSE

Mobile : 06 86 71 55 18                           Tél : 05 61 07 67 47

Anais Segrestaa                                         Lucie Sarda

60 all Bellefontaine, 31100 TOULOUSE   5 r Université du Mirail, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 31 22 89 81                                     Tél : 05 61 40 34 92

Margaux Chapelet Letourneux                Isabelle Canil

6 imp André Navarra, 31100 TOULOUSE    8 chem Pradettes, 31100 TOULOUSE

Mobile : 06 71 63 74 16                                  Tél : 05 61 44 97 92                 

Florence Liaunet                                     Isabelle Barry

5 r Université du Mirail, 31100                8 all Doct Lejzer Zamenhof, 31100     

Tél : 05 61 40 34 92                                  Tél : 05 62 30 88 70

 

 

 

Gynépôle (SCM)

387 rte St Simon Clinique Ambroise Paré, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 16 19

Marie Alberti-Dormois

387 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 15 07

LANDMAN THOMAS

CLINIQUE AMBROISE PARE 387 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 16 88

Longuet François

387 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 16 19

Paul Boubli

387 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 15 67

Jean Thévenot

387 rte St Simon Clinique Ambroise Paré, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 16 19

Guillaume Dubayle

Clinique Ambroise Paré 387 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 50 16 19

Vincent Broutin

19 r Jean Mermoz, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 74 03 65

Jean-Luc Carnus

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

 

Aline Brunet

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Nadège Gaillard

5 r Université du Mirail, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 34 92

Alexandra Panafieu

Quartier Lardenne 53 av Pierre Molette, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 34 60 18 82

Marie Olry

85 r Faourette, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 41 01 69

Brigitte Johnson Ecale

65 all Bellefontaine, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 87 95 33

Sophie Puzin

64 all Bellefontaine, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 26 43

Martine Baque-fidji

5 r Université du Mirail, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 34 92

Ithourburu Camille 

55 r Pech, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 34 27 41 96

Mobile : 06 47 96 11 16

Galy Charlotte 

348 rte St Simon, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 48 94 06

Brigitte Assorin Aithamon

6 imp André Navarra, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 07 67 67

Fanny Oliva

qua Lardenne 53 av Pierre Molette, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 34 60 18 82

Perrine Jeantet

Ccal bât D 275 rte Seysses, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 41 21 20

Guillaume Promon

135 r Henri Desbals, 31100 TOULOUSE

Mobile : 06 20 70 38 98

Isabelle Mazars

23 r Cher, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 14 09 97

Julie Tartié

Colline Reynerie 8 imp Bosquets, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 40 58 91

Jean-valat Aurélie

113 av Lardenne, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 31 09 12

Mobile : 06 51 98 76 86

Maryse Bousquet

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Nicole Chrisment

2 imp Dépèche, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 41 39 15

Sophie Strauss

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Nathalie Galonier

3 r de Metz, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 62 15 02 88

Annick Boubes Piquenais

7 pl Sauvegrain, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 49 96 39

Catherine Gounelle

3 r Doyen Lefebvre Basso Cambo, 31100 TOULOUSE

Tél : 05 61 76 62 17

Allergologue :

L’allergie alimentaire est une réaction anormale du système immunitaire à la suite de l’ingestion d’un aliment. La plupart du temps les symptômes sont légers mais les allergies peuvent aussi être très graves. 
Chez l’enfant, les allergènes les plus courants sont : l'œuf, l'arachide, les protéines du lait de vache (le lait maternel ne provoque pas d’allergie), la moutarde, le poisson, les fruits à coque, le gluten.

Les tests cutanés peuvent être faits dès les premiers mois de vie, chez le bébé, en particulier pour les suspicions d’allergies alimentaires (par exemple allergie au lait de vache).

Reste-t-on allergique à vie ? Une allergie peut-elle passer toute seule ?

Certaines allergies guérissent, notamment les allergies alimentaires de l’enfant.
Les allergies respiratoires persistent en général, mais la gravité des symptômes peut varier dans le temps.

Quand les symptômes sont là, il est important de savoir précisément à quoi l’on est allergique, et de traiter l’allergie, afin de ne pas laisser l’inflammation allergique s’installer. Le corps ne s’habitue pas à l’allergène, et les symptômes peuvent s’aggraver.

 Quand consulter un allergologue ?

Lorsque les différents signes suivants deviennent chroniques et entravent la qualité de vie, il est nécessaire de consulter un allergologue car il se pourrait que ce soit liés à des allergènes :

- une rhinite fréquente avec connaissance des facteurs de déclenchement (froid, poussières,….)

- une rhinite qui nécessite souvent un traitement antibiotique, évoluant depuis plusieurs mois ou années

- des signes de bronchites chroniques : toux chroniques et irritatives, asthme, sifflement et essoufflement…

- un eczéma diagnostiqué par un médecin traitant et qui ne s'améliore sous aucun traitement

- apparition d'une urticaire ou étouffement après une prise médicamenteuse ou un aliment

- une conjonctivite à répétition, avec des facteurs de déclenchement environnementaux précis

- des réactions immédiates et graves après une piqûre d'insectes

- plus de 3 épisodes de bronchiolite chez le nourrisson.

Plusieurs situations peuvent nous amener à consulter un allergologue. Cependant, il est toujours convenable de voir son médecin traitant à l'avance.

Un œdème de Quincke nécessite une prise en charge très urgente et doit être maîtrisé par tous les médecins.

On consulte donc un allergologue pour toutes les formes d'allergie: allergies respiratoires, allergies alimentaires ou allergies cutanées.  

Prévenir la crise allergique :

Le meilleur moyen de prévenir la crise allergique est d'éviter l'allergène. Avec les conseils classiques, pour les balades en forêt ou le contact avec les hyménoptères : ne marchez pas les jambes découvertes, portez des chaussures hautes, faites du bruit et ne mettez pas les mains n'importe où sans regarder.